Trois choses en même temps

Les trois choses que je fais en ce moment, c’est-à-dire, photo « pleine », dessin et objet sur fond, pourraient être montrés ensemble.

Au-dessus, la photo, format 110cm de large, dessous le dessin de format 38cm de large (actuellement) et objet sur fond qui fait, pour celui ci-dessous, 13cm de haut sur 6cm de large (lui, fixé directement au mur) :

 

2014-12-14-078-Modifier

2014-12-15-001-Modifier

 

2014-12-15-007-Modifier

Ce qui donnerait :

-un paysage

-une trace de ce paysage

-un objet ramené avec son fond de ce lieu

 

Pierres-Têtes 2

La pierre représente ce qu’elle veut, il n’y a pas à ajouter quoi que ce soit. Elle est suffisante en soi. Le monde est là, dans cet objet-représentant.

 

2014-10-12-078-Modifier

2014-10-12-081-Modifier-2

2014-10-12-084-Modifier

2014-10-12-029-Modifier

Le « fond » est là pour séparer l’objet (la pierre) du mur, comme un socle est là pour séparer du sol. Ça devient un « monde » en soi.

Pierres-Têtes

Toute pierre contient des images du hasard. Certaines d’elles me paraissent intéressantes, elles se placent entre « objet », « réel », « représentation », « matière brute », « paysage », « visage ».

Deux petits cailloux collés sur la pierre donnent une préférence au visage, à la « tête ».

 

 

2014-10-28-040-Modifier

2014-10-28-042-Modifier

2014-10-28-035-Modifier

2014-10-28-037-Modifier

2014-10-28-032-Modifier

Le fond est venu plus tard, ce qui a permis de faire passer ces « objets » horizontaux posés sur tablettes à la verticalité du mur.

 

 

Sur la beauté et le travail fini

J’aime bien l’idée d’un travail fait avec une mise en place sur le site le jour même et donc digéré et oublié le lendemain.

Je suis attaché à des prise de note rapide, avec également une mise en place simple et rapide sur le site, qui est comme un carnet de note. Ça reste donc visible et ça fait partie du travail. Il n’y a plus de réflexion esthétique après cette mise en place. Pour une exposition c’est pareil, il n’y a pas de recherche esthétique, il y a une recherche d’efficacité. S’il y a de la beauté, celle ci doit être intrinsèque, elle ne doit pas être rajoutée par la suite. Ça n’aurait pas de sens.

Ne pas modifier

Je ne touche pas, je ne modifie pas ce que je prends en photo. Ce n’est pas « intervenir » qui importe, c’est le regard, le cadrage sur une partie de ce qui est là, devant moi.
A ce moment là, je suis cette image, je suis cette partie (lorsque c’est réussi).