RUMEUR ET PETITS JOURS de Raoul Collectif

Festival d’avignon

Le 22 juillet 2016

Au Cloître des Carmes

Note 4/5

Rumeurs

La dernière de l’émission radio « épigraphe ».
Cinq intervenants assez cliché, un gauchiste, un révolutionnaire, un conservateur, un poète, etc…
Il est lu un message d’une auditrice presque vide et sans sens. Il provoque les commentaires les plus contradictoires et les plus absolus.

Un des personnages nous apprend que le soleil a des vibrations sonores, il nous fait écouter le son grâce à un petit cylindre de métal sur un support en bois frappé avec un petit maillet.

Un des personnages se déguise en femme et elle est l' »idée », elle se bat contre les plans B, veut même empêcher de les faire survenir. Elle demande au public de lui poser des questions.

Un autre nous montre des diapos d’animaux en voie d’extinction, qui viennent du désert, d’autre des abysses, il y en a de vrais, d’autres aménagés pour l’occasion (genre une biche avec une tête de chien et une touffe sur le fond). La cause paraît sincère. Les autres poussent des questions, que peut on faire pour les sauver, pourrait-on les élever, combien coûtent-ils, peut-on les manger. L’intervenant finit par ne plus répondre.

Et plein d’autres choses.

On finit par changer de rythme, les acteurs prennent des pelletées sable (de minuscules  billes d’argile) dans de grandes poubelles et les jettent en l’air pour recouvrir la scène. Ils se jettent alors au sol pour glisser.

On rit beaucoup, trop, comme par réflexe. Et c’est voulu !

Dommage, j’ai l’impression, après coup, que le rire empêche de profiter encore davantage du spectacle, qu’il nous fait louper quelque chose, un sérieux caché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *