« Sans doute » de Jean-Paul Delore

au Cloître des Carmes
du 21 au 24 juillet 2013
dans le cadre du Festival d’Avignon

 

 

 

note personnelle :3/5

 

SANS DOUTE -

photo Christophe Raynaud de Lage

 

Les acteurs sont répartis sur le plateau, il sont 12. Toute l’équipe, qui depui 10 ans participe aux spectacles de Jean-Paul Delore.
C’est plutôt un concert entrecoupé de quelques paroles dîtes et parfois chantées.
La musique est assez classique, rock, rock-progressif, jazz-rock, mais de qualité. Un peu décevant, ici, dans le festival. Seule une fille (Yoko Higashi), tout au bout, fait parfois de la musique de mixage vraiment très bonne.
Il y a la présence particulière de Dieudonné Niangouna qui parle, il est en robe longue satin gris, il met parfois un chapeau de fourrure longue avec trois longues dents devant qui lui barrent le visage. Il vit un peu sa vie, danse au fond, s’allonge sur la scène et se relève pour dire deux ou trois fois au micro à la fin d’une chanson : « elle a fini ? ».
Mais tous ont une personnalité sur scène, ça aurait valu le coup de les présenter à la fin comme lors d’un concert habituel. Jean-Paul Delore était, je pense, celui qui avait un maquillage rouge, comme un masque.
Les textes racontent des histoires personnelles, des espèces de petites scènes imagées comme des rêves, mais une ou deux fois il est question de post-colonisation, ce qui déclenche spontanément quelques applaudissements. Il est question de ce qu’on leur a pris, qu’on a ensuite construit des écoles pour leur apprendre à dire merci. (bof, est-ce bien obligé de mettre encore de l’anti-colonial, tout le monde est d’accord)
Je préfère la présence de Dieudonné Niangouna quand il se met à déblatérer une colère en parlant très vite, en étant incompréhensible pour nous mais aussi pour lui, entrecoupé de quelques mots lisibles.  C’est un moment beau, accompagné de musique folle.
La forme prime, ici. Tout est dans le langage, les gestes, la voix, son rythme. Ce qu’il dit est forcément moins intéressant que ce qu’il ne dit pas.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *